mardi, août 01, 2006

Peut-on définir le rêve lucide ? (1)



La définition du "rêve lucide", c'est-à-dire "un rêve durant lequel on sait que l'on rêve", est due à la psychologue anglaise Célia Green. Avant que cette expression soit introduite en France dans les années 80, on parlait plutôt de "rêve conscient". Célia Green emprunta le terme "lucide" à l'écrivain et psychiatre néerlandais Frederik van Eeden. On trouve pour la première fois ce qualificatif dans la communication que ce dernier fit à l'intention de la Society for Psychical Research en 1913 :

« J'éviterai délibérément, autant que possible, les mots "conscience" et "inconscience" (1). S'ils peuvent d'avérer pratiques dans la conversation familière, je me vois incapable de leur attribuer un sens précis. [...]

Je sais que Mr. Havelock Ellis et plusieurs autres auteurs n'accepteront pas ma définition parce qu'ils nient la possibilité du souvenir complet, de la volition et du libre-arbitre dans le rêve. Ils diront que ce que j'appelle un rêve n'est pas un rêve mais une sorte de transe, d'hallucination ou d'extase. Les observations du marquis d'Hervey, telles qu'elles furent relatées dans son livre "Les Rêves et les moyens de les diriger"(2), recoupent les miennes et elles furent rejetées de la même façon : ces rêves ne sont pas des rêves, fit Maury. [...]

Dans ces rêves, la réintégration des fonctions psychiques est si complète que le dormeur se souvient de sa vie de tous les jours et de sa propre condition. Il atteint un stade où la conscience de l'environnement (3) est parfaite, où il est libre de diriger son attention et de faire preuve d'actes de volition. [...]

Néanmoins tout ceci n'est qu'une simple question de nomenclature. [...] Si quelqu'un refuse d'appeler cet état d'esprit un rêve, libre à lui de proposer un autre nom. Pour ma part, c'est ce type de rêves que j'appelle "rêves lucides". Ils ont déclenché mon intérêt le plus vif aussi les ai-je notés avec le plus d'attention.
» (4)

Pour la plupart des rêveurs, l'état de lucidité décrit par Frederik van Eeden fait plus partie de l'idéal que de la réalité. La prise de conscience du fait de rêver et de ses implications, la conscience de soi et sa propre continuité, la qualité de l'attention, l'impression de netteté et de vivacité du décor, la capacité à contrôler le contenu onirique varient grandement en fonction du rêve comme du rêveur et il semble qu'on puisse les considérer comme des paramètres indépendants.

On se rend compte que le rapport fondateur de Van Eeden expose déjà clairement les difficultés à circonscrire la notion de lucidité. Dans le prochain article, je m’étendrai un peu plus sur les paradoxes relatifs à ce sujet.

Notes :
(1) Les termes anglais utilisés ici sont "consciousness" et "unconsciousness". Les termes anglais "consciousness", "awareness" et "conscience" n'ont qu'un seul équivalent en français, "conscience". Le premier désigne la conscience de soi, le second la conscience de l'environnement, le troisième la conscience morale.

(2) Léon d’Hervey de Saint-Denys,
Les rêves et les moyens de les diriger, 1867.

(3) "awareness". Van Eeden n'utilise donc pas le terme "consciousness", comme il le signale au début.

(4) Frederik van Eeden.
A Study of Dreams, publié dans Proceedings of the Society for Psychical Research, 1913.

Illustration : six dessins d’images hypnagogiques, tirés du journal de rêves de Léon d’Hervey de Saint-Denys.

2 commentaires:

michéa a dit…

Quelle est la source des magnifiques images d'Hervey de Saint-Denys qui ornent le blog ?

Où les carnets de ce grand homme sont-ils conservés ?

michea.jacobi@infonie.fr

Dado a dit…

Ces illustrations étaient présentes sur le frontispice de l'édition originale des Rêves et les Moyens de les diriger, de Hervey de Saint-Denys (c'est du moins ce qu'indique cette page : http://sommeil.univ-lyon1.fr/articles/jouvet/histoire_naturelle/print.html ) Peut-être en existe-t-il un exemplaire à la Bibliothèque Nationale ? je n'en sais pas plus. On peut consulter l'ouvrage sur le site Récits de rêves à cette page : http://www.reves.ca/theorie/28.htm mais bien sûr les illustrations ne sont pas incluses.