vendredi, février 10, 2006

Hauteur limite

Un rêve lucide. Je suis à la campagne au milieu d'une prairie. Entourée de haies d'arbres, elle est traversée dans le sens de la longueur par une ligne téléphonique. En volant, je me rends compte que je suis en train de rêver et je me rappelle même avoir fait un autre rêve lucide dans la nuit. Comme le contenu de ce dernier m'échappe, il se peut aussi que ce soit un faux souvenir.

J'essaie de voler au dessus du niveau que détermine la ligne. Elle se change en une sorte de barre de saut en hauteur. Les différentes techniques mises en oeuvre, plus ou moins fondées sur la concentration ou le détournement de l'attention, échouent successivement. Je renverse la gravité. Cela fonctionne mais je n’obtiens pas l’effet voulu : j’ai la sensation de chuter alors que je souhaitais avoir celle de monter.

Il me semble qu'il y a deux causes à ce petit problème qui m'arrive assez souvent, au point que je passe parfois tout mon rêve - c'est-à-dire deux ou trois minutes - à essayer de le résoudre. La première est une limite visuelle, une sorte d'horizon constitué par la ligne de la cime des arbres, des toits des maisons ou encore une ligne téléphonique comme dans ce rêve-ci. Il est très difficile de passer au dessus. La seconde est la sensation de gravité. Dans mon cas, voler consiste à lutter consciemment contre l'impression de chute, c'est pourquoi inverser la gravité ne s'est pas avéré satisfaisant. Une solution qui aurait pu convenir aurait été de me rendre léger comme un ballon gonflé à l'hélium.

A voir : la planche de BD Übertrouillarde sur le blog La Lanterne Brisée. Chose stupéfiante, Esther ne serait pas dessinatrice mais compositrice professionnelle ! On trouvera sur son blog quelques petits morceaux de son crû, dans un style tout à fait atonal.

3 commentaires:

Jul' a dit…

Faudrait qu'on fasse un échange de bon procédé, perso j'ai un mal fou à rester près du sol, je suis obligé de lutter pour ne pas être aspiré vers le haut dans les RL où je vole.

Est-ce que tu penses que c'est uniquement du à une lucidité et un contrôle bas, ou est-ce que ca peut avoir une autre origine ? (je pose la question autant pour ton cas que pour le mien)

Et question un peu "Flo-ienne" : est-ce que ca peut avoir un rapport avec la quantité d'energie disponible ou accumulé au préalable ?

Dado a dit…

Dans ce rêve, la lucidité était assez basse, parce que je ne pratique plus de techniques et ces rêves arrivent naturellement.

Dans d'autres, j'ai réussi à voler un peu plus haut en déplaçant volontairement le point d'observation. Mais j'ai très fréquemment le même problème. Un cas classique est celui où il y a un monstre au sol et j'arrive juste à me maintenir hors de portée en repliant les jambes ! Un autre cas, qui est assez étrange, est celui où je survole le bord d'une falaise. Je perds alors de l'altitude de manière vertigineuse, jusqu'à ce que je me retrouve à la même distance du sol que précédemment.

En bref, je ne sais absolument pas d'où cette limitation peut venir. Je ne préfère pas prendre en compte des idées d' "énergie", qui semblent simplement repousser le schmilblick un peu plus loin, sans apporter réellement d'explication (du moins à mon niveau) et me paraissent susceptibles seulement d'ajouter de nouvelles croyances et donc de nouvelles limitations.

flo a dit…

Le problème c'est que le rêve lui-même est déjà une croyance. Si tu veux virer les croyances, il va falloir virer les rêves aussi.
Je veux dire par-là que qui dit rêve, dit haut et bas, et gravité etc... Va donc faire un rêve sans haut ni bas ni autre.
Ta difficulté à décoller est liée au fait que tu crées un sol. Tu ne peux pas créer un sol et faire n'importe quoi en l'air. Pour Jules apparemment c'est l'inverse, mais une chose est commune : on ne peut pas faire ce qu'on veut, sauf à déréaliser le sol ou la gravité.
C'est comme vouloir traverser le mur en ressentant sa substance. On veut un truc solide ou on n'en veut pas ? Faudrait savoir.