lundi, octobre 31, 2005

Le ciel bas et lourd

Pour la n-ième fois, je vois que mon humeur est directement influencée par le temps qu'il fait. Aujourd'hui il pleut. Je n'arrive pas à mettre la dernière main à l'article que je préparais. Lecteur, il te faudra attendre encore quelques jours. Par chance, je n'habite pas Bruxelles.

Autre remarque : j'ai aussi noté qu'il m'est plus facile d'organiser mes idées et mettre en lumière certaines relations pendant que je les exprime verbalement à un interlocuteur. Je fonctionne à l'envers du proverbe : « ce qui se conçoit bien s'exprime clairement ». Durant mes années de collège, je ne compte plus le nombre de fois où cet argument sophistique m'a plongé dans l'exaspération.

2 commentaires:

Jul' a dit…

Pareil pour moi, souvent je me decouvre même des points de vue que je ne soupconnais pas, en discutant avec ceratines personnes... Voire en discutant tout seul à voix haute( non , ca ne fait pas de moi un fou, enfin j'espère... ;-))

Dado a dit…

Bonjour Jul'!

>> Voire en discutant tout seul à voix haute( non , ca ne fait pas de moi un fou, enfin j'espère... ;-))

Une fois, en ballade à Paris, j'ai vu sur le Pont Neuf une femme assise sur un des bancs de pierre aménagés dans les renfoncements du parapet. Elle discutait âprement avec un interlocuteur. Elle était assez jolie et très bien vêtue, aussi n'ai-je pu m'empêcher de lui jeter un coup d'oeil en passant plus près... et aussi pour voir quel était son partenaire - lequel m'était caché par un lampadaire.

Surprise ! Elle discutait toute seule... Durant cette semaine, j'ai été étonné par le nombre de personnes qui parlaient seules à haute voix à Paris...