jeudi, octobre 06, 2005

Synesthésies II : disgression en forme d'entonnoir


« Mon monde est coloré. Les lettres et les nombres possèdent une dimension de plus par rapport à une perception auditive normale : ils ont des couleurs. Le A et le 4 sont rouges pétillants, le E est jaune citron et le R bleu noir. La surface du I est lisse et douce tandis que celle du Z est peluchée. L'année a une forme ovale et lisse et rejoint les semaines et les jours dans une forme spiralée compliquée ; chaque mois possède une couleur. Je me souviens de la couleur du nom d'une personne avant de me rappeler comment elle s'appelle: Anna est rouge et vert foncé et son anniversaire est violet blanc, ce qui ne peut être que le premier Mai.
Ce n'est que récemment que j'ai appris, avec étonnement, que les autres n'avaient pas ces mêmes perceptions et j'ai de la peine à m'imaginer un monde sans mes couleurs, tout comme un non-synesthète a de la peine à comprendre mon monde. On a tendance à assumer que la réalité est la même pour tout le monde - l'expérience de la synesthésie nous montre que cela n'est pas le cas ». - Irène Schönenberger

La synesthésie est l'association spontanée d'impressions provenant de sens différents. Pour le synesthète « les parfums, les couleurs et les sons se répondent ». Cette association prend d'ordinaire l’aspect d’une évocation mais certaines personnes ont des perceptions réelles - le plus souvent colorées - liées aux lettres, nombres, jours de la semaine ou notes de musique. Certains voient des couleurs en réponse aux sentiments et émotions inspirés par des personnes ou des mots. Ainsi, il est possible de dire qu'un synesthète voit les sons ou entend les couleurs.

En fait, le phénomène est curieusement méconnu. Selon les auteurs, le pourcentage d'individus percevant les synesthésies dans la population est faible : de 0,04% à 1%. Or dans la pratique, il est un des fondements de l'art pictural où les couleurs sont décrites comme "froides" ou "chaudes". De plus, si la synesthésie joue un rôle crucial en art - Beethoven décrivait le si mineur comme la "gamme noire", Schubert le mi mineur comme "une jeune fille vêtue de blanc portant un bouton de rose au corsage" ; et même le mathématicien Feynman admet voir les fonctions de Bessel en couleur ! on ne peut nier sa présence dans le langage courant, comme le montrent les expressions "une peur bleue", "voir rouge", "un vieillard encore vert", etc.

Malgré tant d'évidences, les synesthésies, peut-être parce qu'elles remettent en question notre conception d'une réalité partagée, sont encore considérées comme des aberrations. Le Pr Ramachandran, directeur du Laboratoire du cerveau à San Diego, énumère avec un brin d'humour les hypothèses scientifiques sérieuses émises à ce sujet :
1) Ils sont dingues. Le phénomène est simplement le résultat d'une imagination désordonnée.
2) Ce sont des hystériques qui essaient d'attirer l'attention sur eux.
3) Ce sont des camés qui ont abusé du LSD.
4) C’est du aux souvenirs d'enfance où on collait des lettres magnétiques colorées sur le frigo.

Si l'on peut excuser les savants de leur aveuglement, il est bien plus regrettable de voir les mêmes platitudes exposées par un artiste. Voilà ce que pensait des poèmes Voyelles et Correspondances un écrivain connu :

« C'est là une simple question de pathologie artistique bien plus que de véritable esthétique. Ne se peut-il en effet que quelques-uns de ces écrivains intéressants, névropathes par entraînement, soient arrivés à une telle excitabilité que chaque impression reçue produise en eux une sorte de concert de toutes les facultés perceptrices ? Et n'est-ce pas bien cela qu'exprime leur bizarre poésie de sons qui, tout en ayant l'air inintelligible, essaie de chanter en effet la gamme entière des sensations et de noter par les voisinages des mots, bien plus que par leur accord rationnel et leur signification connue, d'intraduisibles sens, qui sont obscurs pour nous, et clairs pour eux ? Car les artistes sont à bout de ressources, à court d'inédit, d'inconnu, d'émotion, d'images, de tout. On a cueilli depuis l'antiquité toutes les fleurs de leur champ».

Ce point de vue désolant est celui de Guy de Maupassant. Mais s'il y a une justice en ce bas monde, elle ne manque pas de s'exercer en art aussi : la Muse rancunière se vengea et envoya le raisonneur positiviste finir ses jours à la clinique psychiatrique du château Bel-Air.

Plus d'info sur les synesthésies ?
Page d'Irene Schönenberger à la Faculté de Psychologie de l'Université de Genève
Synesthesia - Perception, thought and language (fichier PDF)

12 commentaires:

izno a dit…

Tout ça ne nous dit pas si toi, tu en as.

Dado a dit…

Non, non, izno. Ces articles n'avaient pas pour but de vous faire sentir concernés par de graves troubles perceptifs que j'aurais personnellement... :)))

Il m'est arrivé d'associer des impressions colorées aux voyelles ou aux notes de musique, quand je pratiquais le piano ou la poésie, et je passe le test kiki/bouba haut la main, mais ça ne va pas plus loin. Donc je ne suis pas plus synesthète que la plupart de mes congénères.

JPK a dit…

Je suis synesthète, tous mes mots ont des couleurs sur lesquelles je n'ai aucun pouvoir. Depuis toujours dans ma tête, les lettres, les mots, les nombres sont colorés. J'ai découvert fort tard que tout le monde ne fonctionnait pas de cette façon et cette idée est un peu troublante. Cela affecte probablement ma perception du monde et en particulier de la poésie. Comme ce n'est pas gênant dans la vie de tous les jours, je préfère voir cela comme un petit plus..

izno a dit…

JPK, est-ce que ça t'a permis de découvrir des "mauvais" poèmes, des vilaines choses qui voulaient se faire passer pour des oeuvres d'art mais n'en étaient pas ? D'après moi, même si l'artiste n'est pas synesthète, il a une intuition de ce qui va ensemble, et d'après moi ce qui va ensemble devrait apparaître de manière harmonieuse chez un synesthète.

JPK a dit…

Malheureusement non, les couleurs toujours inchangées depuis l'enfance, donnent aux mots une harmonie qui ne sera jamais perceptible que par moi et qui ne sera pas partagée par les autres synesthètes. Le poème "voyelles" me gênait beaucoup étant plus jeune car ce ne sont pas 'mes couleurs' qui sont évoquées. Le mot 'vie' est rouge, le mot 'bleu' est gris, le mot 'noir' est surtout jaune et rouge, '2005'est orange et le mot 'Hugo'est bleu nuit et blanc. Disons que certaines phrases s'organisent en assemblages agréables et doux tandis que d'autres sont criardes. Mais tout cela n'a de sens que pour moi et c'est un arbitraire personnel qui guide l'équilibre de mes mots...

Dado a dit…

Bonjour JPK et merci beaucoup d'avoir apporté ces informations ! Izno m'a devancé pour poser la question qui m'intéressait, à savoir tu percevais une relation entre les harmonies sonores et colorées, par exemple si des strophes très travaillées comme :

Tout suffocant
Et blême quand
Sonne l'heure

Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure


ou encore

Quelle était belle, ma frégate
Lorsqu'elle voguait dans le vent !
Elle avait, au soleil levant
Toutes les couleurs de l'agate.


reflétaient "visuellement" la régularité des sonorités choisies ; ou si au contraire il n'y avait pas de réelle traduction et un ordre au niveau sonore pouvait engendrer un chaos au niveau visuel. D'après ce que je comprends, c'est la seconde solution qui prédomine...

Anonyme a dit…

Je n'ai pas toujours pensé que Maupassant était un con, disons que c'est con sachant ecrire, comme les ecrivains français contemporains qui passent le samedi soir à la télévision, et qui compensent beaucoup trop à mon gout cette grande absence d'idées par de la pornographie mal faite. En revanche je savais bien que bon nombre de scientifiques étaient de veritables trous du cul. De toute évidence ce sont ceux-là dont parlait Kandinsky, qui s'emerveillent devant les barrières qu'ils viennent de construire entre le monde et la Vérité.
Nous nous connaissons Dado, vous comprendrez pourquoi à la fin de mon commentaire.
je suis synesthète. En fait , je ne comprends pas l'expression de "graves troubles perceptifs", je parlerais plutot de graves merveilles de l'esprit. Je dois être certainement inculte ou tout du moins en trop grande adoration devant mon Dieu pour diferencier notre cerveau de l'esprit.
Quoi qu'il en soit, comme jpk je préfère ma vision des lettres à celle des autres synesthètes. Pour moi le a est rouge et plein de passion, l o bleu et glacé, le i d'un jaune lumineux, le e porte du marron et le u est orange. L'association de ces lettres, comme en peinture le mélange des couleurs, donne aux mots des teintes particulières. Il peut resulter d'une phrase plus de lumière que de sens.Certes le rendu sonore d'un texte s'accorde rarement à l'harmonie visuelle des mots, dans mon délire d'obssessionel pathétique, je songais de n'ecrire que selon la représentaion vécue de la "pensée colorée", à savoir que dire: la chair pourpre de l'amour ancien ( je raconte une sottise ou plutot un exemple en ce moment ) est une parfaite harmonie de rouge et de teintes orangées.
Je n'ai jamais remarqué de chaos visuel... Outre que ces lettres, ces chiffres, ces mots et ces nombres portent la couleur et la lumière, je suis "doué" de pouvoir sentir les parfums avec mes yeux, comme d'entendre la musique avec mon regard. Je vois les sons comme le paysage, un klaxon, un cri, une porte qui claque, et immediatement je regarde. Le resultat en musique est la Beauté.En fait, lorsque je suis lucide, ce qui est rare, je prends conscience que la musique est un être vivant et comme un monde parallele, un au delà ici bas. Et les sons ont aussi un mouvement visible dans l'espace... rien n'est plus étrange que de regarderles voix sortir des bouches...Etant musicien de proffession, autant vous dire que j'ai une veine de pendu.
Le parfum de la femme que j'ai aimé était une vapeur rose et fraiche, sucré et comme glacée, qui me sautait aux yeux de temps à autres. En ce moment, je pose mes pieds sur le carrelage froid, que je ferme l'oeil ou pas je vois distinctement une lueur blanche autour de ces mêmes pieds... c'est absurde d'inutilité ces perceptions du touché visible.
Le mieux est d'ecrire de la poésie lorsque l'on est atteint de ce mal délicieux, la synèsthésie:

Plus que Lumière
S'ouvre aux naissances du son

Mais Couleur
Forme
Mouvement

Et developpement de l'espace

Quadrature du Principe en Musique,
Et cinq allégories
De Vie humaine,

Comme les résurgences d’une vielle genèse

Le Soleil informe, sans contour ni couleur

L’Art d’être son dans la mobilité du monde mon amour
C’est toi, c’est nous, c’est le musicien

Je m’écrivais, faute de correspondre
Avec celles des songes

« L’Art est au regard,
Ou c’est de la Musique »

Et dépourvu d’yeux, sans vision, dans la cécité pure
Que demeure de l’Art ?

La Musique
Qui embellit l’Espace
La Musique qui est l’espace dans l’Espace,

Ma déchirure, mon sang, mon hystérie


JB, le neveu de Denis et de Laurence

Dado a dit…

Bonjour JB ! :)

Ton style écrit est vraiment singulier ! Il m'a fait l'impression d'un gros coup de point dans le nez, j'ai vu les trente-six chandelles et il m'a fallu cinq minutes pour récupérer de mon étourdissement avant de comprendre ce que tu disais.

En ce qui concerne l'expression "graves troubles perceptifs", elle est ironique. Je me moque de ces gens qui trouvent soudain extraordinairement grave et importante, lorsqu'elle leur advient personnellement, une chose dont ils se souciaient auparavant comme d'une guigne. Voilà le contexte dans lequel il faut la replacer.

Mais mon avis, tel qu'il ne transparaît malheureusement pas bien dans l'article, est que la synesthésie est à la base du langage : le mélange des impressions sensorielles dans le gyrus angulaire permet les images qui fondent l'essentiel d'un vocabulaire évolué. Je ne sais trop ce qu'il faut en penser mais j'avais vu un reportage sur un gorille auquel on avait appris à communiquer avec l'homme, à travers un clavier portant une cinquantaine de dessins. Apparemment, il utilisait parfois des métaphores, par exemple des fleurs pour exprimer la beauté. Il peut s'agir d'une interprétation de la part de l'expérimentateur, mais même cette erreur montre l'importance du phénomène dans la pensée humaine.

Je crois comprendre que tes impressions sont vraiment visuelles, c'est à dire que tu vois réellement une couleur. Pour moi, c'est seulement une vague impression associée qui apparaît seulement si j'y prends garde et je pense que c'est le cas d'une grande partie de la population. Je suis convaincu que ce phénomène est présent durant l'enfance et qu'il disparaît progressivement avec la spécialisation de certaines zones du cerveau. J'espère que nous aurons l'occasion d'en discuter bientôt.

Il y a de très beaux morceaux dans ton poème. Tu l'as écrit dans la foulée ou c'est un poème que tu avais déjà composé ?

A bientôt !
"Dado"

PS : tu peux t'identifier sans être inscrit à Blogger en cliquant sur "Autre" sous "Choisir une identité", puis en entrant un pseudonyme.

Laflutenchanté a dit…

Salut dado :)

J'aimerais te donner mon adresse e-mail, mais Denis m'a dit que je pourrais retrouver la tienne sur ce blog même. Peux tu me dire ou?
je n'ecrierai pas souvent de commentaires je pense, parce que les tiens sont déjà bien assez pertinants.
Sinon ce poème est une bagatelle, rien de bien important, comme d'habitude, on entend "grinçer la machine", je n'aime pas le rendu général de la chose
A tres bientot !
JB

Dado a dit…

C'est bien ce que j'avais cru comprendre dans un des coups de fil de Denis : il s'est trompé. Mon adresse n'est pas sur le blog, à l'exception d'un des derniers messages où on lit plus ou moins une de mes adresses sur une photo : basiluswest (à) free.fr

Tu remplaces bien sûr le (à) par le petit signe @ qui va bien. (Je fais ça pour éviter les robots qui lisent automatiquement les pages web et puis te pourrissent la boîte aux lettres de spam).

Lola a dit…

Jusqu'à aujourd'hui je n'avais jamais enttendu parler de synesthésie ou de personnes synestheses et je trouve ça étonnant
j'ai découvert cela par ma prof de Fransais, qui, comme toute bonne prof, doit nous faire étudier la poésie en vue de notre bac de fransais nous a demandé la chose suivante: aprés avoir rechecher la signification du mot synesthésie, vous l'appliquerez dans le poème Correspondances de Baudelaire.

Je suis tombée sur ce site en recherchant plus d'informations que ce que j'ai pu trouver sur mon cher dictionnaire et je trouve cela facinant que des personnes puissent associer couleurs et mots, couleurs et odeurs et bien d'autre ... Bref voili voilou si vous avez d'autres informations sur ce merveilleux concepte que certains ont je suis prenante ^^

tigrou13@hotmail.com
Byebye

Dado a dit…

Bonjour Lola,

Mon blog est fermé, je n'écris plus d'articles. Pour trouver d'autres informations, tu peux jeter un coup d'œil sur l'article Synesthésie de la Wikipédia qui est très complet, avec des liens très intéressants en bas de page.

Pour le poème Correspondances, je te conseille de faire attention à tous les sujets des verbes qui expriment une perception sensorielle : les piliers parlent, les forêts ont un regard, les échos forment une unité de noir et de blanc, les parfums ont un goût (chair), un son (hautbois), une couleur (vert); ils chantent.

Voilà, je ne peux pas t'aider beaucoup plus. Bon courage ! :)

Dado